Rance Mékong Garonne, Bienvenue



   

   LES MARCHÉS AU VIETNAM
Philippe Normand (April 2021 maj:May 2021)
Le Vietnam, on y va pour les paysages, le dépaysement


On constate la jeunesse de la population et on est accueilli par les sourires.....



....et la grâce


Mais les marchés restent un endroit incontournable où se mêlent dépaysement, beauté, sourires auxquels s'ajoutent couleurs, senteurs.

Le marché peut être en plein air, si on est dans une petite ville comme Xuyen Moc. Les étals des marchands s'ouvrent sur la terre battue, abrités sous un auvent de toile souvent à trous. Parfois, le marchand est attelé à sa carriole et se protège d'un parasol lui aussi à trous. Pour petits qu'ils soient, ces marchés présentent tous les produits dont la population locale a besoin. Tout le monde se connaît.

Dans les grandes villes, le marché est à la taille de la ville.
Une partie est couverte et se trouve dans un bâtiment souvent à étages. On y trouve réunis, en fonction de leurs spécialités, les chaussures à vendre ou à réparer souvent par des cordonnières courageuses.


tous objets en bois sculpté, destinés aux touristes

et les laques dont on peut assister au travail fastidieux,

Les tissus occupent la plupart du temps tout le 1er étage. Et c'est dans un labyrinthe étouffant qu'il faut circuler.
. L'atmosphère est si étouffante que les vendeuses somnolent parfois ou font une petite sieste.
la papeterie avec tout le matériel nécessaire à l'écriture mais aussi les fameuses cartes découpées par de petites mains agiles, aux ciseaux

et la vente d'encens ainsi que des offrandes toutes faites


les friandises et pas très loin la pharmacie

Les médicaments sont très souvent vendus à l'unité ou par blister. Très rarement la boite entière. Ils sont donnés en fonction de la durée stricte du soin.
Les marchands sont souvent grossistes et vendent à des boutiquiers. Ce qui n'empêche pas qu'on puisse y acheter quelque chose au détail.
Les ventilateurs brassent un air très chaud, véritable étouffoir dans la zone des tissus. Et autour des petits restaurants

dont les braseros dégagent leur chaleur. Beaucoup de bruit dans ce lieu.

L'autre partie, plus importante, se trouve dehors, s'étend tout autour du bâtiment en dur. Un entrelacs de ruelles protégées du soleil ou de la pluie par des toiles tendues en travers. Les boutiques sont, comme dans un souk, groupées selon ce qu'elles vendent.

On a le quartier ....

Des fleurs





Des légumes





Des fruits






Des poissons





De la viande


Marie n'aimant pas la viande, et compte-tenu que les bouchers, à touche-touche, tranchent, coupent, dépècent les morceaux de viande sanguinolents à grands coups de hachoirs et de couteaux, devant les clients, c'est un endroit où nous ne nous attardons pas !
Par contre, il faut admirer la présentation de la viande séchée, boucanée, l'harmonie des couleurs des stands.



La vue et les odeurs y sont plus agréables.





Les oeufs, les poussins, les poulets


Les oeufs sont vendus bien sûr entiers

parfois fêlés ou cassés. Alors il est même possible d'acheter uniquement les jaunes emballés
dans une poche plastique fermée avec l'élastique vietnamien très résistant. Rien ne se perd.
Les poussins sont agglutinés dans les caissettes, attendant de trouver preneurs. Et ça piaille !


Tout à côté, les canards et les poulets vivants

Parfois des coqs de combat même si la pratique est interdite au Vietnam.

Les ustensiles de travail en tous genres: balais de toute forme et toute taille, fabriqués à la main en paille de riz:


serpes et serpettes, râpes, couteaux tous gabarits, ciseaux, haches et hachettes, pioches, pelles, cuiseurs de riz etc.

Des céramiques


Des récipients bassines en plastique, en métal...Paniers plats, ronds, creux,en fibre de coco. Ils sont amenés au marché par des transports étonnants: à vélo dont on ne voit plus la frêle conductrice.


On y rencontre le marchand de pain, de beignets:


Il y fait, là aussi, bien qu'on soit dehors, très chaud. Les auvents de toile, l'étroitesse des ruelles encombrées augmentent la chaleur.
Des portefaix y circulent:

il faut vite s'écarter sur leur passage car ce qu'ils transportent sur leur dos ou dans leurs carrioles est lourd et tient la largeur du passage.
On retrouve des cordonniers dont le tarif est moins élevé qu'à l'intérieur


Et bien sûr, on ne peut quitter le marché sans passer par les vendeurs de riz, les Vietnamiens sont, comme tous les Asiatiques, de grands consommateurs de cette céréale adaptée au climat des Moussons; ainsi que d'autres céréales et féculents.

On ne peut quitter le marché sans savoir ce que deviennent certains légumes présentés sur une table de restaurant.

On ne peut quitter le marché sans savoir ce que deviennent les fleurs

Réactions

Thursday 06 May 2021 - 00:03:28 - Mme - Rouault-rimasson
Merci MariPhil pour ce merveilleux voyage, où chaque scène nous rappelle notre périple de 3 semaines il y a deux ans exactement lors de l'adoption de notre petite Nina et d'Elisa, il y aura 16 ans. Je vous embrasse bien fort et vous laisse car je dois retourner au marché par la pensée. Prenez bien soins de vous et une pensée pour le Vietnam et tous les amis de RMG. Bien affectueusement, Laëtitia and Co.

Wednesday 05 May 2021 - 17:44:22 - M. & Mme Olivry Anne
Merciii que de souvenirs ! Vivement que l’on puisse à nouveau voyager ! Portez vous bien ! A bientôt . Anne et Denis

Wednesday 05 May 2021 - 15:56:09 - Mme - Kluska
Cảm ơn Mariphil pour ce magnifique reportage haut en couleurs...
Dommage que les odeurs ne puissent pas traverser l'écran...
Fermons les yeux pour ce très beau voyage et croisons très fort les doigts pour que ces magnifiques photos se transforment rapidement en réalité...
Tạm biệt và sớm hẹn gặp lại
Après vous être identifié(e), vous pourrez réagir à cet article !



Contacter Rance Mékong : contact.rance-mekong-garonne@taigas.com